En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualités

Les poèmes des 5e

Par DAVID GUISSEAU, publié le mercredi 25 avril 2018 09:34 - Mis à jour le mercredi 25 avril 2018 09:49
20180423_100008.jpg
Les élèves des classes de 5eE et 5eB ont travaillé ces dernières semaines sur un projet amusant : il s'agissait de construire un recueil de poésie combinatoire, à l'image de ce que Queneau a fait avec Cent mille milliards de poèmes.
Les élèves des classes de 5eE et 5eB ont travaillé ces dernières semaines sur un projet amusant : il s'agissait de construire un recueil de poésie combinatoire, à l'image de ce que Queneau a fait avec Cent mille milliards de poèmes.
Ils ont observé le travail de Queneau, en ont déduit les contraintes qu'ils allaient devoir observer lors de l'écriture de leurs propres poèmes. Puis ils ont écrit, par binôme, un poème. Ils ont ensuite compilé leurs poèmes en un recueil, dont voici quelques images.
Si l'envie vous prend de venir composer l'un des nombreux poèmes, des recueils sont disponibles en salle d'étude et au CDI.
 
Dans chaque classe, 16 groupes ont ainsi écrit chacun un poème de 7 vers.
 
Vous pouvez aussi jouer à calculer le nombre de poèmes offerts par chacun de ces recueils, en suivant les explications données par Raymond Queneau, dans sa préface intitulée Mode d’emploi :

 

« Ce petit ouvrage permet à tout un chacun de composer à volonté cent mille milliards de sonnets, tous réguliers, bien entendu.

 

C’est somme toute une sorte de machine à fabriquer des poèmes, mais en nombre limité ; il est vrai que ce nombre, quoique limité, fournit de la lecture pour près de deux cents millions d’années (en lisant vingt-quatre heures sur vingt-quatre).

 

Les choses étant ainsi données, chaque vers étant placé sur un volet, il est facile de voir que le lecteur peut composer 10 à la puissance 14 sonnets différents, soit cent mille milliards.

 

(Pour être plus explicite pour les personnes sceptiques : à chaque premier vers [au nombre de dix] on peut faire correspondre dix seconds vers différents ; il y a donc cent combinaisons différentes des deux premiers vers ; en y joignant le troisième il y en aura mille et, pour les dix sonnets, complets, de quatorze vers, on a donc bien le résultat énoncé plus haut).

 

En comptant 45 secondes pour lire un sonnet et 15 secondes pour changer les volets à 8 heures par jour, 200 jours par an, on a pour plus d’un million de siècles de lecture, et en lisant toute la journée 365 jours par an, pour 190 258 751 années plus quelques plombes et broquilles (sans tenir compte des années bissextiles et autres détails). »

 

 
Amusez-vous !

 

ici, des travaux des 5eB :

 

 

et ici, des travaux des 5eE :